Gary Cooper - Vitale Barberis Canonico
Gary Cooper

Enduring Elegance

Au cours de sa longue carrière comme acteur cinématographique, Gary Cooper interpréta tous les rôles de héros charismatiques. Il devint poète ou shérif de petites villes, playboy, soldat héroïque, homme de science, espion, professeur, légionnaire français, cavalier, escroc, pilote de combat, combattant indien, lanceur de Bengale sans oublier, naturellement, ses dizaines de rôles de cow-boy. Quel que soit le costume qu’il portait celui-ci semblait lui appartenir. Particulièrement photogénique, son succès fut remarquable.

Le costume de scène se différencie généralement des propres vêtements. Or, lui, dans la vie privée, porta des costumes modernes avec une perfection et un style désinvolte. Dans sa garde-robe des habits sur mesure à la coupe européenne très raffinée côtoyaient des vêtements américains nettement plus casual. Il devint ainsi le premier et le meilleur exemple, encore aujourd’hui, d’une élégante masculinité internationale.

Le célèbre designer américain Bill Blass en arriva à dire que Cooper était, de toutes les personnes qu’il avait rencontrées, celle qui possédait le plus le sens de la mode. Ce qui définissait l’approche stylistique de Cooper était sa nonchalance voluptueuse lui permettant de porter facilement des costumes et de donner une allure toute naturelle à l’habillement le plus formel.
« Vous voyez, » écrivit Blass, « ce n’était pas un hasard si Cooper semblait aussi exceptionnel car il faisait passer ces commandes par Rome et Paris. Il aurait acheté des cotons de la Cour du Mexique pour les envoyer ensuite en Italie à son fabricant de chemises italien. Il avait des couturiers dans le monde entier et fut le premier à acheter des jeans et à les laver lui-même dans des bassins de pierre. Après les avoir battus sur un rocher il les laissa dehors au soleil toute la journée. »

On peut voir et revoir des centaines de fois à l’écran cette habile nonchalance alors qu’ il portait des costumes modernes. Plusieurs images viennent à l’esprit: la pointe désinvolte de son feutre, son foulard de soie colorée noué au cou ou porté comme une ceinture, sa cravate fluctuant librement sous les pointes retournées du col de sa chemise, sa veste sportive fantaisie portée sur une chemise sportive de tricot, son manteau de poil de chameau posé de façon désinvolte sur les épaules ainsi que le revers de son costume croisé rayé tombant de façon naturelle sur le bouton inférieur.

Ignorant le glamour artificiel il étudia les poses qui avaient caractérisé les nombreux héros cinématographiques de ces années là et devint ainsi un modèle, encore actuel aujourd’hui, de par sa capacité à personnaliser la tradition.

Bruce Boyer