Histoire - Vitale Barberis Canonico
Les origines

1663

Le « quinternetto delle taglie » ( carnet des tailles), remontant à l’année 1663, qui décrit la cession au Duc de Savoie d’une “serge grise” de la part d’Ajmo Barbero est un document historique particulièrement significatif pour la famille Barberis Canonico. Il s’agit, en effet, du premier document officiel qui, non seulement, témoigne de l’activité lainière de l’entreprise mais décrit également la maîtrise du procédé de teinture que tous ne possédaient pas à cette époque et qui se transmettait jalousement de père en fils.

La mécanisation

1850-1885

C’est à la moitié du XIXème siècle que Giuseppe Barberis Canonico, dans l’élan de la Révolution Industrielle, choisit d’augmenter sa production en collaborant avec la Fabrique Maurizio Sella, déjà mécanisée. Par la suite, son fils Giuseppe se fixe comme objectif d’augmenter la machinerie existante en louant une manufacture lainière à Flecchia qui atteindra, à la fin du siècle, au moins 800 fuseaux et 73 métiers à tisser. Avec l’arrivée des premiers métiers mécaniques, dès 1868, les activités de tessiture, teinture, foulage et filature commencent à s’organiser autour de l’établissement de Pratrivero.

L’électricité

1890-1906

Entre 1890 et 1906 la fabrique automatise la tessiture et elle le fait en acquérant les métiers à tisser les plus performants à Chemnitz (Saxonie). Le XXème siècle apporte également avec lui la nouvelle et précieuse ressource que représente l’électricité, ce qui consent à Giuseppe Barberis Canonico d’inaugurer à Pratrivero, en 1910, une fabrique à cycle complet.

Pratrivero

1921

L’entreprise démontrant une croissance florissante inaugure deux autres fabriques dans la région de Trivero tandis que les tissus qui y sonts produits rencontrent, de par leur qualité exceptionnelle, un tel succès que les exportations ne se limitent plus à l’Europe mais s’étendent aux Amériques, aux Indes anglaises et jusqu’à la lointaine Chine.

Vitale Barberis Canonico

1936

L’union entre Oreste et Vitale sur laquelle reposait la production se désagrège dans une période historique complexe. La crise économique mondiale a secoué les marchés et le fascisme limite la liberté d’entreprise des fabricants lainiers. Malgré les difficultés, la guerre qui soustrait de la main d’œuvre et de l’électricité et rend difficilement trouvable les pièces de rechange et les colorants, la Vitale Barberis Canonico naît en 1936.

Le Boom Economique

1940-1960

Grâce à des choix stratégiques et à une mise à jour technologique qui améliorent la qualité du produit, le chiffre d’affaires a plus que doublé et l’entreprise consolide le prestige de son image sur les marchés internationaux. Dans les années du boom économique italien, le chiffre d’affaires de la Vitale Barberis Canonico atteint le demi milliard de lires.

les exportations internationales

1970

Alberto et Luciano succèdent à leur père Vitale et transforment l’entreprise en une société par actions. Alberto se consacre au développement du secteur technique et technologique alors que Luciano se concentre sur l’exportation et en fait l’un des points de force de Vitale Barberis Canonico en affirmant toujours plus le prestige de la manufacture lainière à l’étranger.

La nouvelle génération

2008

La nouvelle génération prend en main la gestion de l’entreprise en la guidant dans le XXI ème siècle. Alessandro, Francesco et Lucia tiennent désormais le gouvernail de cette Manufacture lainière historique.

Le 350ème anniversaire

2013-2017

En 2013, à l’occasion du 350ème anniversaire d’activité, la Manufacture lainière devient membre des Hénokiens, l’association internationale réservée aux entreprises familiales ayant au moins deux-cents ans d’histoire. Vitale Barberis Canonico continue à se reconnaître dans ses origines tout en se renouvelant avec créativité et ne cesse de s’inspirer de ses archives historiques, gage d’excellence et source d’inspiration pour le futur.